Le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, en retrait depuis trois semaines, a été placé en garde à vue durant neuf heures, mardi 24 janvier, pour blanchiment de fraude fiscale aggravé. Il en est sorti à 18 heures sans poursuite à ce stade, a annoncé dans la soirée le Parquet national financier (PNF).

« Aucune charge n’a été retenue à ce stade, annonce au Monde Jean-Pierre Versini-Campinchi, l’un des avocats de M. Laporte. Cette affaire concerne une donation consentie en 2010, soit il y a douze ans, par M. Laporte à un ami, un ex-rugbyman qui a été son associé. Dans ce dossier, M. Laporte n’a pas touché un centime. »

Cet ancien associé, qui n’aurait pas déclaré cette donation au fisc, est l’ex-international français Jean-Pierre Rives, comme l’a relevé Midi olympique. Un autre ancien joueur du XV de France et ex-associé, Denis Charvet, est aussi visé par l’enquête. MM. Rives et Charvet ont également été entendus sous le régime de la garde à vue, mardi, avant d’en sortir sans charge à ce stade.

Selon le journal L’Equipe, qui a révélé l’information, deux autres personnes ont également été placées en garde à vue. Les investigations, lancées en août 2020, ont été confiées au service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF).

« On veut la peau de M. Laporte »

Il s’agit ici d’une affaire différente de celle ayant conduit M. Laporte devant le tribunal correctionnel de Paris, à la fin de 2022. Le président de la FFR a en effet été condamné en première instance à deux ans de prison avec sursis, à 75 000 euros d’amende et à deux ans d’interdiction d’exercer toute fonction en lien avec le rugby, entre autres pour corruption passive, trafic d’influence et prise illégale d’intérêts. Il a fait appel de ce jugement.

L’enquête qui lui vaut d’être placé en garde à vue est également distincte de celle du PNF visant le comité d’organisation de la Coupe du monde de rugby 2023 pour favoritisme, trafic d’influence et corruption.

La garde à vue de l’ancien ministre des sports intervient au lendemain du début du vote, de lundi à jeudi, des clubs de rugby amateurs qui doivent valider – ou non – la nomination de Patrick Buisson, un proche de M. Laporte, comme président délégué de la FFR. L’actuel vice-président de la fédération, dont le nom a été proposé par Bernard Laporte (en accord avec les statuts fédéraux), a affirmé, la semaine passée, vouloir « incarner la fin des affaires ».

Le calendrier de cette audition fait sortir MVersini-Campinchi de ses gonds. « Je trouve consternant ce comportement qui correspond à une volonté de nuire à M. Laporte, s’insurge l’avocat. C’est la troisième fois depuis 2020 [avant la réélection de M. Laporte à la tête de la FFR] que le PNF choisit de prendre des mesures publiques à un moment intempestif et de les divulguer. Cette fois, c’est au milieu d’un référendum. On veut la peau de M. Laporte. »

Les avocats de M. Laporte réfléchissent à la « possibilité » de saisir le tribunal pour faute lourde de l’administration judiciaire en raison « de cette répétition de la violation des secrets de l’instruction dans le dossier Bernard Laporte ».

lien source : Bernard Laporte placé en garde à vue plusieurs heures pour blanchiment de fraude fiscale aggravé

By RebeccaW

Rebecca est rédactrice en chef et n'hésite jamais à dire la vérité. Elle collecte et présente des informations sous forme de reportages. Elle peut alors évaluer la qualité de ces informations. Elle utilise ses compétences en communication pour influencer et persuader les autres. Elle n'utilise que les meilleurs ingrédients. Elle est un bon juge de ce que les gens trouvent intéressant. Elle peut proposer des histoires fascinantes sur divers sujets d'actualité de l'industrie et des sujets d'études de marché. Elle est disponible pour partager des histoires pertinentes et fournir des informations supplémentaires.